On a les chefs qu’on mérite !

Mafalda et Valérian, septembre 2014

Il fut une époque où l’on avait raison, on en était convaincu et on défendait très justement ses positions. Nos arguments n’étaient pas meilleurs que ceux d’en face, c’était les nôtres. On se battait. Aujourd’hui, il faut d’abord (se) prouver qu’on a raison et, chiffres à l’appui, qu’en plus c’est bon pour l’économie française, l’emploi et l’équilibre de tel ou tel budget. Il faut donc chercher à discuter, sans cesse, de préférence avec ceux qui ont le pouvoir (maires, députés, directeurs, etc.). […] La focalisation sur la culture masque les vrais enjeux (le travail, la précarité, l’exploitation), comme s’y emploient gouvernants et journalistes. Le MEDEF également qui, dès février 2014, annonçait vouloir supprimer le régime des intermittents du spectacle.

Écrit par deux participants au mouvement des intermittents du spectacle de 2014, ce récit enragé et croustillant met en lumière les questions classiques qui se pose au cœur de chaque « mouvement social » : auto-organisation, démocratie interne, militantisme, grève ou blocage, rapport de force, etc. Et il apporte quelques pistes de réponses. S’il aborde la question du spectacle vivant, c’est comme un secteur d’activité économique où, comme partout ailleurs, des prolétaires sont exploités et tentent de survivre et, parfois même, se révoltent… au-delà de la défense d’une prétendue « Culture ». Le texte est complété de la reproduction de tracts écrits durant le mouvement ainsi que de commentaires de Bruno Astarian.

Télécharger la brochure

Histoire, Luttes