Genres, féminismes et sexualités

Misère de l’amour

Il n’y a pas de recherche d’identité ni d’un quelconque particularisme dans les textes du Fléau social. Le mouvement de révolte dont cette revue se proposait d’être un porte-voix visait à détruire l’identité et la culture imposées aux homosexuels comme aux hétérosexuels par la société marchande, toute situation prétendue particulière étant enfermée dans la même grisaille morbide.


L’oppression des femmes, hier et aujourd’hui : pour en finir demain !

Non seulement le combat contre la domination masculine et celui contre l’exploitation de l’homme par l’homme n’ont rien de contradictoire, mais aucun des deux ne peut ignorer l’autre sous peine de courir à l’échec